Hebdo 39 Lons-le-Saunier

À droite, les investitures aux sénatoriales mettent le feu aux poudres !

  • Jean-Pascal Fichere, qui avait toujours annoncé qu’il se rangerait à l’avis de la commission, n’accepte pas le verdict, ni sur la forme, ni sur le fond.
  • Jean-Pascal Fichere, qui avait toujours annoncé qu’il se rangerait à l’avis de la commission, n’accepte pas le verdict, ni sur la forme, ni sur le fond.
  • Une candidature qui pourrait prendre la forme d’un ticket avec Sylvie Vermeillet, elle aussi oubliée par la cni.
Alors que la commission nationale d'investiture a rendu son verdict, choisissant Clément Pernot et Dominique Chalumeaux, l'absence d'un représentant du nord Jura dans le binôme fait des étincelles au sein de la droite locale.

La commission nationale d’investiture (cni) des Républicains (LR) a tranché. Le cas du département a été épineux à traiter et a donné des sueurs froides aux membres de la commission tant les opposition étaient fortes entre les différentes positions. Jeudi 6 Juillet, la CNI a dû arbitrer entre six prétendants, sous fond de luttes d’influence entre élus locaux et a rendu son verdict : Dominique Chalumeaux et Clément Pernot seront les candidats LR lors des sénatoriales du 24 Septembre. Malgré le lobbying des sortants Gérard Bailly et Gilbert Barbier, qui ont ouvertement soutenu Dominique Chalumeaux et Marie-Christine Chauvin, ce qui a eu le don de faire sortir de ses gonds Clément Pernot, le Président du Conseil Départemental, lui aussi candidat et qui apparait renforcé dans sa position avec l’obtention de cette investiture.

 

Jura sud et Jura sud !

 

Alors que le Sénat est la Chambre représentative des territoires, la décision de la cni engendre une surreprésentation du sud du département et l’absence d’un représentant d’un nord. La volonté de la commission de ménager un maximum de susceptibilités, a poussé ses membres à rester dans un consensus mou qui risque de se retourner contre la droite départementale. « Rien n’est figé, nous continuons à discuter avec l’ensemble des candidats, désignés comme malheureux, qui sont tous des personnes que j’apprécie, mais cette absence de représentation du nord du département est un véritable problème » nous confirme le député dolois Jean-Marie Sermier, président de la fédération départementale des LR.

 

Des investitures…pour rien !

 

Malgré la décision de la commission nationale, la droite devrait avoir six candidats. Loin d’apaiser les tensions, la décision semble avoir exacerbé les passions, les quatre recalés étant décidés à aller jusqu’au bout. Marie-Christine Chauvin, qui « a le sentiment d’avoir été victime d’un jeu d’influence » commence ses rendez-vous avec les maires dès ce lundi. Stéphane Champanhet, vice-président du Grand-Dole, avait de longue date fait savoir que quelle que soit la décision, il maintiendrait sa candidature. Même Jean-Pascal Fichere, qui avait toujours annoncé qu’il se rangerait à l’avis de la commission, n’accepte pas le verdict, ni sur la forme, ni sur le fond. L’absence de représentant du nord du département dans le binôme désigné reste en travers de la gorge du président du Grand Dole et le pousse à maintenir une candidature. Une candidature qui pourrait prendre la forme d’un ticket avec Sylvie Vermeillet, elle aussi oubliée par la cni. L’ancienne présidente de l’association des maires du Jura, qui en maintenant sa candidature dément une investiture la République en Marche (LREM) pourrait former un tandem redoutable avec l’élu dolois.

 

Le risque d'une défaite ?

 

La recomposition politique entrainée par l’élection présidentielle rend les résultats de ce scrutin incertain pour la droite, qui se trouve pourtant en position de force dans le département. La présence de candidats dissidents, si elle n’est pas nouvelle, risque cependant de compliquer un peu plus la donne. Jean-Marie Sermier rappelle, certes, que « des candidatures dissidentes lors des trois dernières élections, dans des contextes difficiles pour la droite jurassienne, n’avaient pas empêché nos candidats de l’emporter », mais la présence de trois binômes de droite induit un risque de dispersion de l’électorat, dont les grands bénéficiaires pourraient être les deux candidats investis par la majorité présidentielle. Cette absence de véritable décision de la part de la cni, pourrait surtout raviver les conflits entre les leaders de la droite départementale, à l’approche du congrès de LR prévu en fin d’année…


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

175 bénévoles à la rencontre des Jurassiens les plus nécessiteux

« Il n’y a pas forcément plus de pauvres, mais ceux qui le sont, le sont encore plus » Coup de projecteur sur l'activité du Secours Catholique. Hélas, toujours en progression.
Publié le 20/11/2017

Atelier fabrication de bougies

Publié le 27/11/2017

Citroën C3 Aircross : nouveau rôle pour une nouvelle vie

Adieu au C3 Picasso, monospace familial qui a tant donné de sa personne sur les autoroutes des vacances ! Bienvenue au C3 Aircross qui adopte le style des SUV tout en imposant sa griffe originale ! Un nouveau venu qui redistribue les cartes entre Peugeot et Citroën.
Publié le 10/11/2017

Bloc-notes

SOIRÉE CÉLIBATAIRE

Publié le 29/09/2017

SALON DE FIL EN AIGUILLE

Publié le 06/10/2017

USO

Publié le 22/09/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales