Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Cyrille Bréro : "Le concept de droite sociale me va parfaitement"

  • Cyrille Bréro revient siéger au conseil municipal.
  • Cyrille Bréro revient siéger au conseil municipal.
Après une pause nécessaire à l'assimilation de sa récente défaite aux dernières législatives, Cyrille Bréro revient siéger au conseil municipal. Confidences, mise au point et morceaux choisis...

Cyrille Brero, depuis votre défaite aux Législatives, pourquoi ne siégez-vous plus au conseil municipal de Lons ?

J’ai vécu une campagne des législatives passionnante. Je m’y suis consacré pleinement et ce fut une expérience extraordinaire. Après, il a fallu gérer le contrecoup…Je peux vous dire que ça n’a pas été facile. J’en suis sorti épuisé, vidé…
 J’ai eu besoin de temps. Plus que je ne l’imaginais sans doute…Alors oui, je me suis mis en retrait du conseil municipal, j’en avais tout simplement besoin pour me consacrer essentiellement à mon mandat de conseiller départemental. Il a aussi fallu digérer la nouvelle donne politique. Je me suis beaucoup interrogé pour l’appréhender au mieux.

Mais depuis, l’eau a coulé sous les ponts. Ainsi, il semblerait que votre position soit en train d’évoluer…

Oui, j’ai décidé de faire fi des postures politiciennes. Au Conseil municipal, en 2014, nous avons été élus sur une liste d’ouverture avec des gens de droite, du centre et de gauche. Donc je vais m’investir plus que jamais pour notre ville. Aussi fort que dans mon mandat départemental. Sur une logique de projets structurants et porteurs pour les Lédoniens.


C’est peu de le dire, vous n’êtes pas toujours sur la même ligne idéologique que d’autres courants composant l’exécutif lédonien…Les distensions entre majorité municipale et départementale sont-elles si compliquées à ménager ?

Chacun sait où je ne me situe politiquement.
Le concept de droite sociale me va parfaitement. Mes valeurs, mon positionnement, mes conceptions, je les ai défendus hier et je les défendrai pleinement aujourd’hui et demain. J’assume également une bienveillance sincère, un esprit positif. C’est dans mes gênes. Le paysage politique est en train de changer, d’évoluer. La politique politicienne n’a pas bonne presse et ça tombe bien, elle ne m’intéresse pas.
C’est pourquoi on peut évoluer, construire tout en respectant ses convictions profondes. A la Ville comme au Département, il faut être cohérent avec ses engagements, et ce quelle que soit la collectivité dans laquelle on siège.


Heureusement, votre mandat de Conseiller départemental de Lons 2 et votre récente vice-présidence aux sports, à la jeunesse et à l’évènementiel vous passionnent. Sur cette thématique, avez-vous quelques nouvelles orientations 2018 à nous livrer ?

Cette vice-présidence au Département, je m’y accomplis totalement. Avoir la confiance de mes collègues conseillers départementaux, et du président Pernot, pour mener à bien cette politique m’a régénéré. M’a reconstruit. Les sports, je connais par cœur et j’adore ça. Je peux allier ainsi mes nouvelles fonctions avec ma passion et mon expérience « des » terrains.

Le budget des sports 2018 a été entièrement préservé à 2,4 millions d’euros. C’est un signe fort envoyé par le Département dans un contexte budgétaire pour le moins délicat.
Des nouvelles orientations ? J’ai rencontré en un mois plus de cinquante présidents de comités sportifs jurassiens, des associations…J’ai entendu leurs besoins, leurs attentes. C’est dans le collectif qu’on puise souvent les meilleures idées. J’ai des pistes intéressantes, mais il est encore trop tôt pour tout vous dévoiler…


Dernière question, jouons carte sur table. La mairie de Lons en 2020, y pensez-vous le matin en vous rasant ?

La Ville aura besoin de gens expérimentés mais aussi de nouveaux visages, plus jeunes, avec de nouvelles idées et de compétences reconnues. Je rêve d’une ville encore plus dynamique. Une ville qui bouge. Il reste deux ans pour préparer un projet, une équipe qui saura fédérer les Lédoniennes et les Lédoniens.

Tous les jours, je suis au contact des Jurassiens, je fais avancer les dossiers, c’est ce qui compte aujourd’hui. Je refuse totalement de rentrer dans une guerre d’égo qui n’apporterait rien de bon ni pour les valeurs que je défends, ni pour la Ville. Quand on fait de la politique on s’investit pour les autres. Pour l’intérêt général. Pas pour soi. Et je suis bien placé pour savoir que rien n’est jamais acquis à l’avance...


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Cuisine : quatre mousquetaires jurassiens se distinguent

Et les meilleurs cuisiniers jurassiens sont...
Publié le 19/02/2018



Bloc-notes

LEDONIS

Publié le 19/02/2018

LOTO LE GRAND FAGUIER

Publié le 15/02/2018

CSL

Publié le 08/02/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales