Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Les fléaux de l’été ne vont pas tarder à réapparaître…

  • Le buis abondant dans le Jura, touché par la Pyrale du Buis!
  • Le buis abondant dans le Jura, touché par la Pyrale du Buis!
  • La pince à tique seule efficace et sûre
  • L'évolution des tiques
Tiques et Pyrales s'invitent à nos côtés.

Les premières chaleurs surprenantes, car soudaines viennent de déferler sur le Jura. Certaines nuisances estivales vont donc apparaître. Ainsi prudence est conseillée, vis-à-vis notamment de la prolifération des tiques, dont la dangerosité n’est plus à démontrer. La tique à la belle saison est omniprésente partout. Le Jura est un des départements français le plus touché d’ailleurs, à cause de l’augmentation de la population de gros gibiers, et la régression de certains de leurs prédateurs (lézards, salamandres, grenouilles et jeunes crapauds…). Qui de nous ne s’est jamais retrouvé au retour d’une balade, avec cette bête plantée dans la peau ?

Face à ce phénomène récurrent, personne n’est à l’abri de la maladie de Lyme et de ses coïnfections. Les tiques se trouvent partout sur les herbes, pelouses, parcs, jardins, aires de jeux, arbustes, haies, et sont très coriaces. En hiver elles hibernent dans les sols humides. Elles doivent se nourrir de sang, en alternant périodes de famines et repas orgiaques sanguins (de vrais vampires…) Elles aspirent le sang et en même temps peuvent inoculer de nombreuses substances et bactéries nocives.

En cas de piqure, indolore, bien retirer la tique avec une pince à tique et pas une pince à épiler sans oublier la tête, et consulter en cas de fièvre et de doute. Pris à temps, les antibiotiques sont efficaces…

 

Comme un papillon de nuit...

Autre phénomène marquant des beaux jours et des chaleurs, la résurgence des papillons nuisibles, et notamment chez nous la Pyrale du Buis. Elle vient d’Asie et rien ne peut stopper son action néfaste.

Avant de se transformer en un joli papillon de nuit, notre chrysalide est aussi une chenille ravageuse, qui s’empiffre de tous les buis qu’elle rencontre. Comme d’habitude, c’est la négligence de l’homme, qui est à l’origine de cette calamité. A un moment donné, on a voulu avoir de beaux jardins bien fournis de Buis venus d’Asie, car les nôtres n’étaient sûrement pas assez «Kitches», le besoin d’exotisme aidant. Mais dans ces buis exportés se cachaient «le malin», cette Pyrale, qui a d’ailleurs la faculté sous nos latitudes de se multiplier comme des petits pains. Et comme pour les tiques, les prédateurs naturels ne sont plus assez nombreux.

Donc depuis 2008, seuls les départements dépourvus de buis sont épargnés, ce qui n’est donc pas le cas de notre beau Jura. Résultats : le buis meurt et devient du bois mort et sec sur pied, qui peut d’ailleurs s’embraser très soudainement. On peut traiter au BT (Bacillus Thuringiensis) une bactérie homologuée biologique, qui est utilisée pour infecter le système digestif des chenilles.

Signalons simplement que chez nous la tournerie sur bois utilise des tonnes de buis. Et comme la Pyrale ne se reproduit que sur les buis, l’issue fatale des buis eux-mêmes peut-être, sera leur seule sépulture, mais à quel prix ?


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Jura : plus de 8.000 chasseurs pour l'ouverture

La fédération de chasse a réglé 400.000 € aux agriculteurs pour compenser les dommages causés par le grand gibier On s'attend à une nouvelle année record en terme de prolifération du gibier. Principalement à cause du réchauffement climatique et de la forte hausse des cultures de maïs…
Publié le 17/09/2018

APEI Jura

Publié le 21/09/2018


Bloc-notes

ESM BASKET

Publié le 05/07/2018

VIDE-GRENIER

Publié le 05/07/2018

RANDOS DES 4 CHATEAUX

Publié le 05/07/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales