Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Un partenariat régional inédit pour l'emploi

  • La convention a été présenté au public.
  • La convention a été présenté au public.
  • Qui semblait parfois septique...
  • Michel Chamouton, président de la Chambre Régionale de Métiers et de l'Artisanat de Bourgogne Franche-Comté (à gauche) et Stéphane Bideau directeur régional adjoint et relations extérieures de Pôle Emploi Bourgogne Franche-Comté (à droite).
Réparer l'adéquation du marché du travail entre l'offre et la demande. Tel est l'objectif visé par Pôle Emploi et la Chambre de Métiers et de l'Artisanat, et matérialisé lors de la signature officielle du partenariat régional opéré en ce sens lundi dernier. Vaste chantier.

C'est à l'issue de l'assemblée générale de la Chambre Régionale de Métiers et de l'Artisanat qu'a été signée la première convention régionale de partenariat établie entre la CMA et Pôle Emploi.
Celle-ci, première du genre à l'échelle de la grande région, traduit la volonté des deux acteurs d'apporter un appui concerté à la fois aux entreprises artisanales pour satisfaire leurs projets de recrutement ainsi qu'aux demandeurs d'emploi en recherche dans ce secteur.
Plus concrètement, elle est destinée à accompagner les artisans dans le recrutement, favoriser l’insertion des demandeurs d’emploi notamment en développant l’alternance, faciliter et accompagner la création et la reprise d’entreprise, et développer la connaissance des services et la complémentarité des acteurs. 
Une amélioration continue du service qui laisse augurer de bons résultats.

L'Artisanat en Bourgogne Franche-Comté

Sur la région, l'Artisanat représente 50 592 entreprises et emploie 86 856 salariés, ce qui en fait l'un des acteurs économiques majeurs du territoire. Le nombre d'entreprises artisanales a progressé de 8% depuis les cinq dernières années. Pour 2016, on note 5 458 créations d'entreprises et 540 reprises.
L'Artisanat est réparti dans les quatre grands secteurs que sont le bâtiment (39% des entreprises, 35% des salariés), les services (31% des entreprises, 27% des salariés), la production (17% des entreprises, 22% des salariés) et l'alimentation (12% des entreprises, 16% des salariés).
L'artisanat est donc non seulement porteur d'emplois, mais aussi d'insertion professionnelle. Cela notamment via l'apprentissage qui voit 7 665 jeunes accueillis dans les entreprises. Ainsi, l'apprentissage est l'une des réponses aux besoins en recrutement non pourvus, car il permet à des jeunes d'acquérir un premier niveau de qualification (Niveau V), facilitant sensiblement l'accès au marché du travail.
Aujourd'hui l'Artisanat doit relever de nombreux défis dont les départs en retraite massifs des dirigeants d'entreprise mais aussi le renouvellement de ses effectifs. Il doit également s'adapter aux nouveaux marchés induits par le vieillissement de la population, les nouveaux modes de consommation, l'économie numérique ou encore la transition énergétique.

Cap vers l'innovation pour Pôle Emploi

Pôle Emploi s'engage dans le cadre de sa mission de service public à garantir l'accompagnement des demandeurs d'emploi dans leur recherche (active) d'emploi et à répondre aux besoins de recrutement des entreprises. L'organisme compte 45 agences sur la région. Totalisant ainsi 2000 collaborateurs dont 88 à 90% sont en contact avec le public.
D'un point de vue conjoncturel, "l'économie semble redevenir plus robuste, les demandes d'emploi se stabilisent, les offres augmentent régulièrement" observe Stéphane Bideau, directeur régional adjoint et relations extérieures de Pôle Emploi Bourgogne Franche-Comté.
Aujourd'hui, toujours à l'échelle de la région, un peu plus de 217 000 demandeurs d'emploi sont recensés, dont 126 000 en catégorie A.
Dans son projet stratégique 2015-2020, Pôle Emploi s'est engagé à innover pour relever les défis du marché du travail et être au rendez-vous de la révolution digitale. Cela en personnalisant davantage ses services pour accélérer le retour à l'emploi et mieux satisfaire demandeurs d'emplois et entreprises. Avec pour objectif, d'agir au plus près des territoires afin d'accompagner, en complémentarité avec ses partenaires, les mutations économiques et favoriser l'insertion des demandeurs d'emploi en même temps que le développement économique local.

Une convention qui ne résout pas tout, mais... 

Ces belles formules, aussi sincères et volontaristes soient-elles, ne règlent pas pour autant les dysfonctionnements et autres anomalies d'un marché du travail qui fait état de nombreux paradoxes.
"L'efficacité des actions n'a pas toujours été au rendez-vous. Misons sur une dynamique complète qui se déclinera concrètement à tous les échelons" concède Michel Chamouton, président de la Chambre Régionale de Métiers et de l'Artisanat de Bourgogne Franche-Comté.
A commencer par des difficultés de recrutement alors qu'il y a pourtant aujourd'hui plus de 217 000 demandeurs d'emploi comptabilisés en Région. Une donnée paradoxale et pourtant bien réelle.
"Dans le bâtiment, plus de 12 % des offres d'emploi ne trouvent pas preneurs. Pourquoi ? Car la région Bourgogne Franche-Comté compte une part de ses chômeurs particulièrement éloignée de l'emploi (chômage de longue durée, difficultés à se déplacer, soucis de santé) et moins bien formée que la moyenne nationale : seulement 38 % ont un niveau supérieur au Bac contre 46 % en France" constate Stéphane Bideau.

Une question de culture...

Et de souligner les difficultés d'ordre "sociétal", rencontrées par bon nombre d'employeurs à trouver du personnel qui accepte de recevoir des consignes, qui respecte la hiérarchie, qui est présent tous les jours et à l'heure pour la prise de son poste de travail... 
"C'est une question de culture. Les métiers manuels ont été sous-valorisés, on a voulu donner le bac à tout le monde. Voilà aussi pourquoi l'apprentissage et les métiers du bâtiment sont en tension" explique, lucidement et courageusement Michel Chamouton, désireux de faire (enfin) évoluer les choses dans le bon sens.
Pourtant, de nos jours, grâce aux évolutions technologiques et à la mécanisation des tâches les plus ingrates, de nombreux métiers, même s'ils restent physiques et quelquefois difficiles, sont bien moins pénibles et beaucoup plus rémunérateurs qu'avant (maçon, chauffagiste, couvreur-zingueur, etc...).
Finalement, les deux principaux intervenants s'accordaient à conclure :
"L'évolution des changements de mentalité est longue. On doit aussi probablement mieux communiquer de notre côté. Nous avons tous notre part de responsabilité à endosser dans cette affaire. C'est pourquoi on compte aussi sur vous, la presse, pour y contribuer".
Voilà qui est fait.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

L'Agriculture oeuvre à sa mutation

Des dossiers compliqués mais quelques satisfactions à la clé Lundi dernier s’est tenue la session de la Chambre d’Agriculture du Jura à la Maison des Agriculteurs à Lons-le-Saunier. Ce temps fort de l’année est l’occasion pour ses différents acteurs d'évoquer l’année qui vient de s’écouler ainsi que les diverses actions ou projections futures. Extraits.
Publié le 11/12/2017



Bloc-notes

SOIRÉE CÉLIBATAIRE

Publié le 29/09/2017

SALON DE FIL EN AIGUILLE

Publié le 06/10/2017

USO

Publié le 22/09/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales