Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Une 8e fête du pain sous le signe du partage

  • Les premiers pains sont sortis tout droit du nouveau four.
  • Les premiers pains sont sortis tout droit du nouveau four.
  • Jacques Pélissard a coupé le ruban.
  • Sous un soleil radieux, la foule était venue en nombre pour cette 8e fête du pain.
Samedi 5 mai s’est déroulée comme chaque année, la fête du pain dans le quartier de la Marjorie à Lons-le-Saunier. Cette 8e édition était l’occasion d’inaugurer, un tout nouveau four à pain de la maison commune.

« La fraternité, ça ne se défend pas, c’est une envie collective », lance lors de son discours d’inauguration du four à pain, Stéphane Billaudel, président de la maison commune de Lons-le-Saunier.

Cette 8e édition de la fête du pain avait de grands airs de fraternité. Le pain, c’est le ciment de la civilisation, quand on mange du pain, tout le monde échange avec tout le monde quel que soit le lieu, les origines ou même la religion. Autour d’un projet solide, essentiellement imaginé par des membres du Lions Club, des bénévoles actifs se sont relayés afin de terminer le bâtiment du four à pain à temps pour que les premiers pains cuits dans le four à bois participatif soient réalisés, en ce jour de fête. La ville de Lons-le-Saunier a rapidement rejoint le projet en contribuant aux fondations de ce four, comme un symbole.

 

47 bénévoles pour un seul et même projet

 

Bénévoles et mécènes ont porté ce projet. Les uns en bâtissant le bâtiment et en installant le four professionnel. Les autres en apportant les finances nécessaires au bon déroulement de ce projet participatif.

Les 47 bénévoles, dont 36 du quartier de la Marjorie, ont travaillé d’arrache-pied même sous le froid.

« Ce que j’aime dans cette idée de four à pain, c’est cette notion de fraternité. Je me vois installer d’autres fours à pain dans les cités, en région parisienne. Le pain est un moyen de fédérer des personnes de tous les milieux », développe Ismaël M’Baye, président de l’association Expressions de France.

Le président du pain de l’Esplanade, Joël Tomakpleconou a tenu à lister tous les bénévoles afin de leur rendre les honneurs qu’ils méritent d’avoir travaillé sur ce projet. Ce four à pain a donc bien des aspects d’échange mais il sera également le « jouet d’entrainement » des lycéens en formation au centre de formation professionnelle et de promotion agricoles (CFPPA) de Montmorot, en boulangerie, agriculture.

« C’est une construction collective. On ne construit pas un four à pain pour soi-même mais on le construit pour partager », conclut le maire de Lons-le-Saunier, Jacques Pélissard.

 

 

 

 


Joël Tomakpleconou : « Ce four n’est pas là, à but commercial »

Joël Tomakpleconou est depuis deux ans, le président du pain de l’Esplanade. Rencontre avec cet homme investi.

 

Joël, comment vous est-venue cette idée de four à pain ?

 « C’est la 8e édition de la fête du pain. Avant, pour organiser cette fête, nous louions un four dans une remorque. Ce four « à nous », c’est l’occasion pour les populations de se mélanger. Pour construire ce projet, tout le monde pouvait le faire ensemble. Avec Stéphane Billaudel, le président de la maison commune de Lons-le-Saunier, nous avons décidé de monter un vrai four. Cette idée, nous est venue lors d’une réunion au Lions Club. Le projet a plu à tout le monde. La ville nous a soutenu rapidement et nous avons trouvé des mécènes. Nous voulions remettre un four dans une cité. Ça ne se fait plus. Nous avons trouvé l’idée originale ».

 

Quels sont les atouts de ce four ?

 « Tout d’abord pour qu’il fonctionne, les bénévoles sont venus sur l’ensemble de sept week-ends environ. La ville nous a mis à disposition le terrain. Nous avons bâti les fondations. Le point fort, c’est que nous avons tout construit nous-même. Jean de Michello, ancien maçon à la retraite, bien que souffrant du dos, nous a aidé en nous apportant une rigueur de travail. Les bénévoles venaient d’univers professionnels différents et ne venaient pas tous de Lons-le-Saunier ».

 

Mais pourquoi un four et pourquoi maintenant ?

« Nous voulions être prêt pour 2018 et cette fête du pain. Nous désirions l’utiliser pour cette célébration. Ensuite, c’est la maison commune de Lons-le-Saunier qui le gérera. Ce four n’est pas là à but commercial, il est essentiellement là pour les associations. Cet outil sera mis à la disposition de la population, pour certains événements, pour qu’ils se l’approprient. C’est un vrai four professionnel, les élèves du lycée agricole de Montmorot vont également se former dessus ».

 

Quel sentiment prédomine après cette inauguration ?

« Au moment où nous parlons, on peut dire qu’un quartier populaire a son propre four à pain. C’est une vraie fierté pour moi, d’y avoir participé malgré les difficultés rencontrées. La création de ce four a réuni toutes les origines. Il y avait tout le temps du monde pour donner un coup de main. Tout est possible, il faut bien le dire. Nous avons été capables de monter une chose ensemble et il y aura toujours une possibilité de causer tous ensemble autour d’un bon bout de pain ».


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales